Actualités funéraires

Notre souhait est d’informer les professionnels du funéraire et le grand public.

Coronavirus : Des victimes enterrées dans une fosse commune sur Hart Island 

Hart Island est une île de New York à l’est du Bronx  très peu connue. Depuis 1869 cette île sert de tombe pour les pauvres ces derniers ne pouvant pas payer leurs funérailles. Quelque 1 300 personnes sont encore enterrées chaque année dans de grandes fosses communes. La plupart du temps les fossoyeurs sont des prisonniers de la prison de Rikers Island moyennant la rémunération d’un dollar de l’heure. Dans ses fosses communes reposent près d’un million de défunts New-Yorkais.

Hart Island d’un peu plus de 50 hectares

Chaque année, 40 à 50 cercueils sont exhumés, parfois 20 ans après avoir été enterrés. L’histoire de cet endroit est riche. Il fut un camp de prisonniers pour les confédérés durant la guerre de Sécession puis un asile psychiatrique. Il y a eu un sanatorium pour tuberculeux et une prison pour adolescents. Ce fut, aussi, une base de missiles pendant la guerre froide. De nombreux bâtiments de l’île sont pratiquement en ruine. L’ouragan Sandy en 2012 a détérioré les rives, ce qui a provoqué l’apparition d’ossements.

Cette île cimetière de New York est surnommée ” L’île de la mort ”

Des pelletées de terre noire tombent sur des cercueils blancs. 25 personnes par semaine en moyenne sont enterrées dans cet endroit. Depuis la pandémie on enterre 24 personnes par jour selon un porte-parole des services pénitentiaires qui gèrent les lieux. Au fond d’une tranchée de plusieurs dizaines de mètres de long creusée au bulldozer, un camion apporte des cercueils en bois aux travailleurs en tenue de protection. Ils les posent à côté d’une vingtaine de cercueils déjà empilés les uns sur les autres. La scène, est devenue le symbole d’une métropole meurtrie et mise à genoux par la pandémie et surtout pour les plus pauvres.

La protection sociale aux Etats Unis et notamment l’assurance-maladie est précaire et surtout pas égalitaire. Les soins ne sont pas les mêmes pour tous. Suite à la pandémie, les chiffres sur la mortalité demanderaient d’être affinés ce qui permettrait de cibler les pays mettant leurs citoyens au centre de leur préoccupation.

Pages : 1 2 3