Questions de santé publique

J’ai la mémoire qui flanche

Nous nous rappelons la chanson interprétée par Jeanne Moreau ” j’ai la mémoire qui flanche, je me souviens plus très bien
Comme il était très musicien, il jouait beaucoup des mains
Tout entre nous a commencé par un très long baiser
Sur la veine bleutée du poignet, un long baiser sans fin”

La mémoire est la capacité de notre cerveau à analyser et stocker des informations pour les restituer plus tard. La restitution de l’information ne se fait pas toujours au bon moment.

Dory

Plusieurs facteurs peuvent favoriser les trous de mémoire. La fatigue, le stress, un trouble émotionnel, etc sont autant de facteur. Il est important d’entraîner et de travailler sa mémoire.

Le Palais de la mémoire

Nous pensons que notre mémoire nous fait, de temps à autre, défaut. La mémoire se développe, s’entretient et se travaille. Comment me direz-vous ? Et bien, entrons dans le palais de notre mémoire. Ce palais représente le lien entre la mémoire courte et la mémoire à long terme. D’après un rapport déposé par le Pr Francis Eustache*1 à l’INSERM, nous sommes capables de retenir durant quelques secondes 5 à 9 icônes. Vous aurez compris qu’il s’agit de la mémoire à court terme. La mémoire à long terme désigne des souvenirs que l’on peut restituer ainsi que la mémoire sémantique (je sais mais pourquoi ? Je ne le sais pas).

Il est, donc, possible de déposer mentalement des mots dans des endroits que l’on connait. Il est plus facile de les retrouver . Cette méthode permet de se souvenir dans n’importe quel sens sans être obligé de reconstruire un raisonnement. L’icône remonte à la surface plus facilement.

Sébastien Martinez*2 explique : “L’art de l’apprentissage est circulaire. Il faut d’abord, comprendre les enjeux, la façon dont les informations sont organisées, où elles mènent. Puis, en maîtriser le détail. La mémorisation fixe et renforce la compréhension. C’est dans ce double mouvement que réside le secret de l’apprentissage ”.

Il existe trois grands types de mémorisation des choses concrètes : classer, répéter et donner du sens à une suite. Et c’est la troisième, permise grâce au SEL (Sens, enfance, lien), qui serait la plus intéressante selon Sébastien Martinez. 

Sens, enfance et lien

  • Sens : faire appel à nos cinq sens pour donner vie à ce souvenir. Nous “encodons” des expériences dans notre mémoire.
  • Enfance : inventer une histoire autour de ce souvenir
  • Créer des liens en donnant du sens aux choses. Chaque icône doit en appeler un autre sur le fil de l’histoire. 
pensons à l’atelier mémoire

Dominic O’Brien *3, huit fois champion du monde de la mémoire a retenu 54 paquets de 52 cartes en les regardant une seule fois, soit une suite de 2 808 cartes.  Nous pouvons pour 2021 s’inscrire, qu’en pensez vous ?

 

*1 Le professeur Francis Eustache est titulaire d’un doctorat en psychologie soutenu en 1987 à l’université Paris-Descartes. Psychologue spécialisé en neuropsychologie depuis 1979. Depuis avril 2013, il est président du conseil scientifique de l’Observatoire B2V des mémoires.

*2 Sébastien Martinez, champion de France de la mémoire

*3 Dominic O’Brien Il est le huitième champion du monde de la mémoire  et travaille comme entraîneur pour Peak Performance Training.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *