Questions de santé publique

Une des conclusions du coronavirus

Et oui encore le coronavirus.

Cependant comme nous allons un jour sortir de cette crise sanitaire, nous pouvons déjà parler de conclusions à tirer de cette situation extraordinaire.

Une chose a marqué tout le monde : c’est le manque de matériel indispensable.

Les masques ont manqué.

Pour tous, pour les populations, pour les professionnels.

l’objet de tous les désirs !

Cette pénurie interroge beaucoup. Et visiblement les citoyens français se posent des questions sur cet aspect.

Alors quelle(s) leçon(s) tirer de cette réelle difficulté ?

Nous devons avoir accès rapidement à certains équipements, certains matériels (dispositifs médicaux ) comme les masques.

Nous devons également avoir accès rapidement et efficacement à certains médicaments.

Sans compter sur la générosité et la fraternité d’autres pays.

C’est trop aléatoire.

Comment faire ?

Dans un premier temps penchons nous autour de la table pour définir les médicaments de première nécessité .

Les matériels de première nécessité également.

Accédez au site de l’OMS

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a une liste des médicaments indispensables. Inspirons nous de cette liste.

Comme produit de première nécessité il n’existe pas que les antibiotiques. Cependant cet article ne compte pas définir ici cette liste.

Qu’est-ce qui a posé un problème durant cette crise sanitaire ?

L’absence d’accès aux produits indispensables.

Cette difficulté est liée en partie, à la délocalisation parfois totale, de leur fabrication.

Lorsque les transports ne fonctionnent plus, lorsque les humains sont confinés, il devient difficile d’obtenir ce qui est fabriqué de l’autre côté de la planète.

Alors que faire ?

Un chariot d’urgence dans un service de soins : faire face aux besoins vitaux !

Ayons une sorte de chariot d’urgences de produits essentiels à notre préservation.

A partir de la liste des produits de nécessité vitale, décidons en termes politiques et économiques, de faciliter leur production sur notre territoire national ou européen.

Il est plus facile de demander à une usine française de faire le nécessaire pour accroître la production en cas de besoins importants.

Nous le voyons avec la fabrication des respirateurs par certains industriels, dont Air Liquide Santé. Le besoin est pris en compte. Les moyens sont mis.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *